Journal du Jour 15

10 août 2019

Réussir un projet

L'un des principes directeurs les plus cruciaux qui mèneraient à un projet réussi est la gestion de la tâche. C'est pourquoi, lorsque vous gérez une équipe pour un projet particulier, vous devez vous assurer que vous utilisez un logiciel de gestion de projet gratuit. Cela simplifiera toutes ces tâches et vous permettra également de rester informé des modifications nécessaires. Cependant, si vous exécutez un projet plus complexe et qu'une grande équipe y est impliquée, ne vous inquiétez pas, car cet outil est spécialement conçu pour que votre équipe reste gérée et organisée, cela ne vous posera aucun problème . Cela aidera plutôt votre équipe à gérer la tâche de manière bien meilleure.  Qu'est-ce qu'un logiciel de gestion de tâches? L'outil de gestion des tâches, également appelé logiciel de gestion de projet, ne se limite pas à une liste de tâches à effectuer. Au contraire, cela implique beaucoup de processus qui vous aideraient à suivre une tâche adaptée au cycle de vie. Qu'il s'agisse de traçage, de test ou même de reporting, ce type d'outil est la solution la plus incroyable que l'on puisse choisir. Le logiciel est chargé avec des fonctionnalités et des outils incroyables qui sont fondamentalement conçus pour répondre à la demande unique du besoin du projet. Si vous envisagez de choisir le meilleur logiciel de gestion de projet en ligne gratuit, la recherche de ce logiciel ne devrait pas poser de problème, car il en existe beaucoup. Mais avant cela, informez-vous sur les solutions du projet.  Créez la liste de la tâche: Il est important de vous assurer de créer une liste de tâches qui vous aiderait à savoir toutes les choses qui vont se passer et qui devraient être terminées cette semaine même. Cette liste de tâches vous allégera le fardeau de vous rappeler des choses. En outre, cela fonctionne comme un rappel gentil pour vous chaque jour si la tâche désirée n'est pas terminée dans les délais impartis.  Prioriser les choses: Une fois que vous avez créé la liste, vous devez vous concentrer sur la priorité suivante. Certaines peuvent être hautement prioritaires, alors que d'autres peuvent nécessiter une attention immédiate, alors que tant d'autres peuvent attendre. Il est important de comprendre quelle tâche doit être accomplie de manière urgente et quelles pourraient être les options possibles pouvant attendre. L'objectif de cette fonctionnalité est de vous permettre de gérer le temps plus efficacement.  Collaborez tous: C'est une autre chose que vous devez faire une fois que vous avez priorisé la tâche. Tout en gérant l'équipe, Faites un point que vous communiquez avec eux étranglez. Vous allez leur assigner la tâche. Assurez-vous donc que le logiciel que vous utilisez est en ligne, accessible et suffisamment collaboratif. Cela signifie que lorsque vous entrez les détails du projet, les membres de l'équipe dans ce projet doivent obtenir une mise à jour similaire. Il n'est pas nécessaire de garder tout le monde au courant car l'outil informe automatiquement l'équipe de la même chose.  En dehors de cela, les statuts, le calendrier et les estimations sont quelques-unes des autres fonctionnalités qui peuvent ajouter du bonheur à la gestion de votre projet. Assurez-vous de les utiliser correctement et d'obtenir des résultats fructueux. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site internet sur ce séminaire entreprise qui est très bien rédigé sur ce sujet.

Posté par Journaldujour15 à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Réussir un projet

L'un des principes directeurs les plus cruciaux qui mèneraient à un projet réussi est la gestion de la tâche. C'est pourquoi, lorsque vous gérez une équipe pour un projet particulier, vous devez vous assurer que vous utilisez un logiciel de gestion de projet gratuit. Cela simplifiera toutes ces tâches et vous permettra également de rester informé des modifications nécessaires. Cependant, si vous exécutez un projet plus complexe et qu'une grande équipe y est impliquée, ne vous inquiétez pas, car cet outil est spécialement conçu pour que votre équipe reste gérée et organisée, cela ne vous posera aucun problème . Cela aidera plutôt votre équipe à gérer la tâche de manière bien meilleure.  Qu'est-ce qu'un logiciel de gestion de tâches? L'outil de gestion des tâches, également appelé logiciel de gestion de projet, ne se limite pas à une liste de tâches à effectuer. Au contraire, cela implique beaucoup de processus qui vous aideraient à suivre une tâche adaptée au cycle de vie. Qu'il s'agisse de traçage, de test ou même de reporting, ce type d'outil est la solution la plus incroyable que l'on puisse choisir. Le logiciel est chargé avec des fonctionnalités et des outils incroyables qui sont fondamentalement conçus pour répondre à la demande unique du besoin du projet. Si vous envisagez de choisir le meilleur logiciel de gestion de projet en ligne gratuit, la recherche de ce logiciel ne devrait pas poser de problème, car il en existe beaucoup. Mais avant cela, informez-vous sur les solutions du projet.  Créez la liste de la tâche: Il est important de vous assurer de créer une liste de tâches qui vous aiderait à savoir toutes les choses qui vont se passer et qui devraient être terminées cette semaine même. Cette liste de tâches vous allégera le fardeau de vous rappeler des choses. En outre, cela fonctionne comme un rappel gentil pour vous chaque jour si la tâche désirée n'est pas terminée dans les délais impartis.  Prioriser les choses: Une fois que vous avez créé la liste, vous devez vous concentrer sur la priorité suivante. Certaines peuvent être hautement prioritaires, alors que d'autres peuvent nécessiter une attention immédiate, alors que tant d'autres peuvent attendre. Il est important de comprendre quelle tâche doit être accomplie de manière urgente et quelles pourraient être les options possibles pouvant attendre. L'objectif de cette fonctionnalité est de vous permettre de gérer le temps plus efficacement.  Collaborez tous: C'est une autre chose que vous devez faire une fois que vous avez priorisé la tâche. Tout en gérant l'équipe, Faites un point que vous communiquez avec eux étranglez. Vous allez leur assigner la tâche. Assurez-vous donc que le logiciel que vous utilisez est en ligne, accessible et suffisamment collaboratif. Cela signifie que lorsque vous entrez les détails du projet, les membres de l'équipe dans ce projet doivent obtenir une mise à jour similaire. Il n'est pas nécessaire de garder tout le monde au courant car l'outil informe automatiquement l'équipe de la même chose.  En dehors de cela, les statuts, le calendrier et les estimations sont quelques-unes des autres fonctionnalités qui peuvent ajouter du bonheur à la gestion de votre projet. Assurez-vous de les utiliser correctement et d'obtenir des résultats fructueux. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site internet sur ce séminaire entreprise qui est très bien rédigé sur ce sujet.

Posté par Journaldujour15 à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2019

Le gourmand littéraire

J'espère qu'à ce stade, vous avez tous, à un moment ou à un autre, essayé la recette d'un livre que vous lisiez. Ce n'était peut-être même pas une recette, mais un plat dont un personnage a parlé et que vous deviez trouver comment le préparer. Nous sommes tous passés par là: un auteur décrit un aliment de telle manière que vous le voulez immédiatement et immédiatement et que vous ferez tout ce que vous devez pour l'obtenir. Parfois, cela est aussi facile que d'aller dans votre cuisine et de la fouetter, d'autres fois, c'est impossible, avec des ingrédients qui vous sont complètement étrangers ou qui ont été préparés pour la première fois. Je me souviens de ma première frustration, celle que je pense avoir partagée avec beaucoup de personnes: vouloir Turkish Delight après avoir lu Le Lion, la Sorcière et le Garde-Robe de C. Lewis, et n'ayant aucune idée de ce qu'elles étaient ni de l'endroit où les obtenir. Ce n'est que des années après avoir lu le livre que j'ai découvert et essayé Turkish Delight au Canada, et après cette longue attente, ils n'en valaient plus la peine. Honnêtement, j'aimerais qu'ils vivent encore dans mon imagination. De plus en plus d'auteurs ont la prévoyance et la courtoisie d'inclure des recettes avec leurs descriptions merveilleuses. Bien que j'ai eu quelques cas où ces recettes étaient des échecs complets (un amour de la nourriture ne signifie pas nécessairement une capacité de cuisiner), généralement si une recette réussit tout au long du processus de rédaction, d'édition et de publication, vous pouvez y faire confiance. Parfois, aller à l'étagère qui contient vos livres de fiction et de mémoire est une corvée à parcourir et à essayer de trouver des recettes. Je suppose que la plupart d'entre vous, comme moi, gardez vos livres de cuisine séparés de vos autres livres, très probablement près de la cuisine. Ne serait-il pas agréable que quelqu'un prenne toutes ces recettes et les transforme en leurs propres livres? Eh bien, il semblerait que quelques personnes intelligentes aient pensé que c'était aussi une bonne idée, et elles l'ont poussée quelques pas plus loin et l'ont réellement fait! Après une petite visite sur le terrain à la bibliothèque, j'ai rassemblé une assez bonne collection de ces types de livres de cuisine et, après une petite recherche, j'ai trouvé les titres de nombreux autres livres. Certaines des recettes sont extraites de livres sur la nourriture, et d'autres sont simplement inspirées par des histoires et des personnages préférés. Personnellement, j'espère ajouter de façon permanente à ma collection à la fois le livre de recettes du club de lecture et le livre de recettes du amoureux des livres. Ces deux sources sont non seulement d'excellentes ressources pour les recettes à essayer et les livres à lire, mais leur mélange éclectique permettrait de garder l'ennui de la cuisine au bord de la baie pendant un bon bout de temps. Retrouvez toutes les infos sur ce cours de cuisine à Lille en suivant le lien.

cuisine photo-1497888329096-51c27beff665

Posté par Journaldujour15 à 16:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juin 2019

Les difficultés de l’éducation

Cette étude n’est pas la première à mettre en exergue la baisse préoccupante des résultats des élèves français en matière de maîtrise de la langue. Ces résultats cohérents avec ce que nous indiquent les enquêtes internationales Pirls, Timms et Pisa, montrent donc des points de faiblesse qui ne sont pas irrémédiables, justement parce qu’ils sont repérés tôt. Ainsi, nous mettrons à disposition un “état des lieux de la recherche” pour permettre d’appuyer l’enseignement de la lecture sur les résultats scientifiques les plus récents. L’heure hebdomadaire que les professeurs des écoles utilisent pour des activités pédagogiques complémentaires (APC) sera entièrement consacrée à la compréhension de l’écrit. Cette année, l’échantillonnage n’a pas permis de distinguer les résultats entre les élèves scolarisés en éducation prioritaire et ceux qui ne l’étaient pas. Si un employeur privé utilisait de telles méthodes, ce serait un scandale absolu, mais que l’Etat se permette de mépriser à ce point des humains en situation précaire certes, mais qui occupent des postes souvent stratégiques, ça ne choque personne. C’est l’une des nouvelles têtes du gouvernement. Mais ce n’est pas un inconnu. L’arrivée de Didier Guillaume au ministère de l’Agriculture, à la place de Stéphane Travert, permet à Emmanuel Macron de nommer une personnalité issue de la gauche. Il ne s’agit pas d’une surprise. Le sénateur de la Drôme s’était rapproché d’Emmanuel Macron depuis des mois. L’ex-président du groupe PS du Sénat, à l’origine hollandais, a été proche de Jean-Pierre Bel, ancien président socialiste de la Haute assemblée. En 2014, Didier Guillaume se retrouvera, trois années après lui, à la tête des sénateurs PS. Il mène son groupe en alliant camaraderie socialiste et autorité, tout en soutenant l'action de François Hollande. En 2016, il est directeur de campagne de Manuel Valls pour la primaire socialiste. Comme beaucoup d’anciens vallsistes, ce social-démocrate convaincu s’est montré de plus en plus sensible au projet du chef de l’État. En septembre 2017, il avait souhaité sur Public Sénat « qu’Emmanuel Macron réussisse » pour le pays. Sa position Macron-compatible était source de tensions au sein de son groupe, où l’équilibre avait évolué en faveur de l’aile gauche, après les sénatoriales de 2017. Elle était devenue quasi intenable. Le ministre de l’Education croit beaucoup en l’évaluation, «un levier de progrès incontestable». D’ailleurs, à la rentrée, Jean-Michel Blanquer a décidé que tous les élèves de CP, CE1, sixièmes et secondes passeraient fissa des tests nationaux pour évaluer leur niveau. Et ainsi, dit-il, aider enseignants à adapter leurs pratiques pédagogiques. Aux inquiets et suspicieux, le ministre rétorque : «On doit aborder ces évaluations de façon décontractée. Mais, alors, si les évaluations sont un progrès, qui plus est «agréable», pourquoi vouloir supprimer le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) dont la mission est d’évaluer l’efficacité des politiques éducatives ? Le ministre craindrait-il que sa propre action soit évaluée ? S'il est peu connu du grand public, le Cnesco produit des études intéressantes et utiles au débat public. On lui doit la grande enquête sur la mixité sociale qui a permis de mettre des chiffres sur une réalité vécue par des milliers d’élèves et enseignants. Quant à voir la main russe dans le développement viral du mouvement des Gilets jaunes, c’est botter en touche les erreurs de ton gouvernement. Un service pitoyable aux Français, une destruction programmée de la valeur Travail et un enrichissement jamais vu du Capital. Normal, ton patron c’est un employé de la Banque, la grande, la haute banque comme on disait au XIXe siècle. Alors tes « bots » russes, tu peux te les mettre dans ton tiroir, les Français n’ont pas besoin de Poutine pour être excédés par la politique antisociale de ton patron et des ses maîtres. Cela fait six semaines que les Français se sont soulevés, six semaines que vous les méprisez et que vous vous servez des médias pour mentir. Le Parisien, fidèle chien-chien à sa mémère milliardaire, relaye la fake news gouvernementale permanente. Une propagande grotesque que les Français n’avalent plus et qui vous revient dans la gueule. Mais c’est surtout lui qu’on verra sur les petits écrans. À l’époque, deux ministres verts, Pascal Canfin et Cécile Duflot font partie du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Un éventuel strapontin est à portée de la main, voire le remplacement d’une des deux figures en cas de défaillance. En avril 2014, les deux ministres EELV quittent le gouvernement en dénonçant la politique de rigueur. Rugy ne goûte guère cette politique de la chaise vide. En août 2015, il quitte EELV et dénonce la dérive gauchiste - selon lui - du mouvement. L’année suivante, rejoint le groupe socialiste avec 5 autres députés, provoquant la dissolution de celui-ci. Retour d’ascenseur, il est désigné vice-président de l’Assemblée nationale. Sans surprise, on retrouve François de Rugy candidat à la primaire citoyenne de 2017 qui doit désigner le candidat du PS à la présidentielle. Non pas qu’il pense l’emporter. Mais en politicien madré, Rugy sait que son capital de voix, aussi faible soit-il lui ouvrira bien des portes par la suite. Mais les promesses n’engagent que ceux qui y croient. En mars 2017, il se prononce en faveur d’Emmanuel Macron. Et tout naturellement, il est réélu député la 1re circonscription de la Loire-Atlantique sous l’étiquette de la République en marche. Élu président de l’Assemblée nationale, il s’engage à démissionner à mi-mandat avant d’affirmer quelques semaines plus tard qu’il ira au terme de son mandat. Une seconde volte-face en janvier de cette année n’a fait que rajouter à la confusion. Au perchoir, Rugy se montrera égal à lui-même. Et l’écologie dans tout ça ? C’est cet homme-là qui est censé s’opposer aux lobbies. C’est lui qui est désormais en charge de la mise en œuvre de transition énergétique. C’est lui encore qui est chargé de préparer la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), la feuille de route de la France pour la période 2019-2028. Il lui appartient de dire combien de centrales nucléaires devront fermer et à quelle échéance. Peut-on lui faire confiance ?La réalité du PIC\Les partenaires sociaux discutent, pour la 3e fois en deux ans, de l'assurance-chômage. En quoi cette nouvelle réforme va améliorer le sort des chômeurs? Certaines règles encadrant l'assurance-chômage ont des effets non voulus négatifs et peuvent enfermer les individus dans la précarité pendant plusieurs années. D'une part, du côté de certains employeurs, on observe un recours excessif aux contrats très courts qui peut être abusif. Certains embauchent toujours les mêmes personnes qui alternent entre périodes d'emploi et de chômage alors qu'ils pourraient faire autrement. D'autre part, le système actuel n'incite pas toujours au retour à l'emploi. C'est notamment le cas du cumul activité-chômage qui peut tourner au désavantage d'un emploi stable. Une personne qui travaille à mi-temps au smic, qui gagne 740 euros brut par mois, touchera une indemnisation de 480 euros. Mais une personne qui alterne 15 jours de travail et 15 jours de chômage dans le mois bénéficiera, elle, d'un revenu total de 960 euros. La même quantité de travail ne donne pas les mêmes droits. Cette situation est injuste et n'encourage pas le retour à l'emploi car in fine, dans certains cas, le travail seul rémunère moins que le cumul emploi et chômage. Les partenaires sociaux ont entamé une négociation sur ces questions et j'espère qu'ils parviendront à un accord ambitieux, à la hauteur du document de cadrage, faute de quoi l'accord ne sera pas applicable en l'état et il faudra le compléter. « Est-ce vraiment la place d’une ministre ? ». A ceux qui se demandaient, comme la députée LR Valérie Boyer, ce que Marlène Schiappa, allait faire chez Cyril Hanouna, vendredi soir, la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes a répondu sèchement ce mercredi. Pour elle, coanimer une émission spéciale sur le grand débat avec l’animateur star de C8 est tout simplement une « bonne initiative » pour toucher un plus large public. « Je crois que c’est au contraire une bonne initiative que d’aller s’adresser à 700 000 personnes qui regardent l’émission de Cyril Hanouna et qui peut-être n’auraient pas su comment participer au grand débat national », a-t-elle insisté. Et tant pis pour ceux qui la critiquent. « Twitter s’indigne et s’enflamme extrêmement facilement, c’est une sorte de réflexe de Pavlov, dès lors qu’on sort des codes de la politique traditionnelle », a contre-attaqué la ministre. Ce débat est une initiative inédite dont j'ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions. Ce n'est ni une élection, ni un référendum. C'est votre expression personnelle, correspondant à votre histoire, à vos opinions, à vos priorités, qui est ici requise, sans distinction d'âge ni de condition sociale. C'est, je crois, un grand pas en avant pour notre République que de consulter ainsi ses citoyens. Pour garantir votre liberté de parole, je veux que cette consultation soit organisée en toute indépendance, et soit encadrée par toutes les garanties de loyauté et de transparence. C'est ainsi que j'entends transformer avec vous les colères en solutions. Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l'action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat. L'impôt est au coeur de notre solidarité nationale. C'est lui qui finance nos services publics. Il vient rémunérer les professeurs, pompiers, policiers, militaires, magistrats, infirmières et tous les fonctionnaires qui oeuvrent à votre service. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d'avenir, notre recherche, notre culture, ou d'entretenir nos infrastructures. C'est aussi l'impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps. Mais l'impôt, lorsqu'il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s'investir dans les entreprises, créant ainsi de l'emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d'encourager l'investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d'être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin. Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ? Nous ne pouvons, quoi qu'il en soit, poursuivre les baisses d'impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique. Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ? Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l'inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ? Notre modèle social est aussi mis en cause. Certains le jugent insuffisant, d'autres trop cher en raison des cotisations qu'ils paient. L'efficacité de la formation comme des services de l'emploi est souvent critiquée. Le gouvernement a commencé à y répondre, après de larges concertations, à travers une stratégie pour notre santé, pour lutter contre la pauvreté, et pour lutter contre le chômage. Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l'échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ? Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu'il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. Être citoyen, c'est contribuer à décider de l'avenir du pays par l'élection de représentants à l'échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l'issue des élections. Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ? Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d'élus ? Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Economique, Social et Environnemental doivent-ils jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ? Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports. Mais pour réussir cette transition, il faut investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes. Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir. Comment finance-t-on la transition écologique : par l'impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ? Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ? Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ? La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous. Que proposez-vous pour améliorer l'intégration dans notre Nation ? En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ? La question de la laïcité est toujours en France sujet d'importants débats. La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu'elle permet à chacun de vivre selon ses choix. Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ? Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l'avenir de notre nation. Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n'importe quel sujet concret dont vous auriez l'impression qu'il pourrait améliorer votre existence au quotidien. Phytos Le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume, confirme son engagement vis à vis du « contrat de solutions » proposé par la FNSEA pour réduire les produits phytosanitaires. Une signature officielle devrait arriver lors du salon international de l'agriculture, à Paris fin février. Dans un entretien accordé à RTL le 11 février, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a confirmé qu'il signera le Contrat de solutions (sur l’usage des phytos) proposé par la FNSEA avec une trentaine de partenaires. La signature aura lieu « dans quinze jours au Salon de l'agriculture », a-t-il précisé. Il n'a pas précisé quels seraient les engagements des parties. Le 17 janvier au Sival (Angers), Didier Guillaume avait indiqué à la présidente de la FNSEA Christiane Lambert qu’il était presque prêt à signer le Contrat de solutions. Son entourage précisait alors qu'il souhaitait vérifier au préalable que les mesures proposées seraient efficaces et ne relèveraient pas uniquement de la communication. ] En trois ans, en France, 80 % de l'utilisation du glyphosate sera terminée ». Ce chiffre fait écho à la déclaration du président de la République, Emmanuel Macron, le 24 janvier, interrogé lors d'un débat-citoyen à Bourg-de-Péage (Drôme).µLa nouvelle guerre est informatique\La ministre des Armées a dévoilé vendredi la nouvelle doctrine d’emploi des armes informatiques et annoncé le recrutement de 1 000 cybercombattants. La ministre des Armées Florence Parly a prononcé un discours majeur sur la stratégie cyber des armées, ce vendredi à Paris, dans un amphithéâtre rempli de responsables militaires et civils, y compris de pays alliés. « La guerre cyber a commencé et la France doit être prête à y combattre », a-t-elle affirmé, précisant qu’« aujourd’hui, la France choisit de se doter pleinement de l’arme cyber pour ses opérations militaires ». « Nous renforçons nos effectifs et d’ici 2025, nous compterons 1 000 cybercombattants supplémentaires », a-t-elle assuré. Ceux-ci seront répartis au sein du

Posté par Journaldujour15 à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2019

Une belle incentive à Barcelone

Ce n'est pas un secret : notre pays est en crise. Lors d'un séminaire à Barcelone, j'ai eu l'occasion d'en discuter avec des collègues, et pas mal de gens s'accordaient sur ce qui était à l'origine du problème : les pouvoirs publics. Depuis quelques décennies, ceux-ci paraissent s'être de plus en plus persuadés d’être mieux placés pour savoir comment devait être investi. Et leurs bureaux, ils dilapident l'argent du contribuable sûrs d'investir dans les en prétendant déterminer quels seront les industries d'avenir. L'aggravation des dépenses publiques dans les pays riches est à cet égard frappante. Cette poussée montre que les autorités s’approprient une autorité sans cesse grandissant, au grand dam de la liberté des citoyens. A preuve, pour 100 euros dépensés en France, les pouvoirs publics en dépensent plus de 50%. Pour vous donner une idée, il y a quelques décennies, ce prorata s’élevait à peine à 30 ! Ce besoin croissant decontrôle démontre un signe évident de la grande suspicion qu'entretiennent les élus envers le citoyen et du libre marché. C'est cette méfiance qui explique que les pouvoirs publics jugent indispensable de décider où est censé aller plus de 50% de toutes les dépenses. Cependant, l'on constate que cette politique contribue au ralentissement du pays. Malgré l'expansion l'évidente expansion du pouvoir d'influence des politiques, notre productivité n’a en tout état de cause cessé de s'atrophier. Il est prodigieux de noter comment le développement des dépenses publiques conduit à un appauvrissement de notre faculté de croissance. Ce lien de cause à effet est somme toute cohérent. En prenant une place de plus en plus importante dans le marché, les politiques portent en réalité à mal le le libre marché, qui reste le procédé le plus utile susciter de la prospérité. Si les débats ont été quelque peu houleux, pendant ce congrès à Barcelone. L'organisation était idéale, ce qui nous a permis de nous concentrer sur les séances de travail. Je vous mets le lien vers le site de l'agence qui l'a mis en oeuvre, pour ceux que ça intéresse. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cet incentive à Barcelone

Posté par Journaldujour15 à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 avril 2019

Qui est Elon Musk

Elon Reeve Musk, né le 28 juin 1971 à Pretoria, entrepreneur, ingénieur, inventeur, est connu pour être le patron de Tesla Motors les pionniers de l’automobile électrique, de SpaceX - sa propre société d’astronautique -, mais également président du conseil d’administration de SolarCity et co-fondateur de PayPal et Zip2. Enfance et études Elon grandit en Afrique du Sud, d’un père ingénieur et d’une mère nutrionniste, il se met très vite à la lecture de nombreux ouvrages. Dès l’âge de 12 ans, il programme son premier jeu vidéo appelé ‘Blastar’ qu’il revendra au magazine ‘PC and Office Technology’ pour une valeur de 500$. Adolescent, le jeune homme rêve déjà d’étudier aux Etats-Unis et peu avant son 18ème anniversaire, il émigre au Canada. Il obtient rapidement la nationalité canadienne de par sa mère, née canadienne. A l’âge de 19 ans, il commence à étudier à la ‘Queen’s University’ à Kingston où il y passe 2 années qu’il financera par de petits boulots. En 1992, il déménage pour les Etats-Unis pour étudier à la ‘Wharton School’ de Philadephie où il obtient une bourse. Il y étudiera 3 années et sera diplômé en commerce et en physique. En 1995, il s’installe en Californie où l’Université de Stanford lui offre une bourse pour poursuivre un doctorat en physique énergétique. Mais Elon, ne voulant consacrer plus de temps aux études, il suspend son doctorat. Premiers projets La même année, Elon, épaulé de son jeune frère Kimbal et Greg Kouri fondent Zip2, un logiciel de cartographies numériques et d’annuaires professionnels, destiné à aider les médias, notamment les journaux à se développer sur le web. En 1999, soit 4 années plus tard, la société informatique Compaq rachète Zip2 pour plus de 300 millions de dollars US. Zip2 marqua le premier gros succès d’Elon. Elon ne s’arrête pas là, la même année, avec les fonds acquis de la vente de Zip2, il cofonde avec Peter Thiel ‘X.com’, qui deviendra PayPal deux ans plus tard, une société de service bancaire en ligne. Trois ans après son lancement, Ebay rachète PayPal pour la somme de 1,5 milliard de dollars. Fort de ce nouveau succès, les ambitions d’Elon n’auront plus de limite si ce n’est son budget. SpaceX Elon fonde, en 2002, SpaceX (Space Exploration Technologies) l’unique entreprise qui vient concurrencé les nations dans la conquête spatiale. Convaincu que l’homme doit devenir une espèce multiplanète pour survivre, l’objectif est claire : construire des fusées plus abordables qui rendront possible des lancements plus réguliers et un jour la colonisation de Mars. Elon y investit personnellement plus de 100 millions de dollars et apprend tout ce qu’il faut savoir dans des manuels et en questionnant les ingénieurs spécialisés qu’il embauche sur le projet. SpaceX commence à travailler sur le premier lanceur baptisé Falcon 1. Entre 2006 et 2008, les trois premiers vols sont des échecs et l’avenir du projet est compromis. Elon qui y a investit tout son argent n’a plus les ressources de financer un quatrième lancement. Mais abandonner n’a jamais été le crédo d’Elon et il réussi à convaincre des investisseurs de financer la quatrième et dernière tentative de lancement de Falcon 1. Le 28 septembre 2008, Falcon 1 atteint finalement l’atomsphère et réussi la mise en orbite d’un satellite. La NASA, impressionnée, signe un contrat avec SpaceX d’un montant de 1,6 milliard de dollars. Encore une fois, la détermination sans faille d’Elon et de ses collaborateurs à SpaceX a payé. En 2011, SpaceX développe le vaisseau cargo spatial Dragon, développé pour le compte de la NASA, dans le but de ravitailler la Station spatiale internationale qui peut transporter jusqu’à 7 astronautes. Pour réduire les coûts de ses fusées, Elon réfléchit à construire des fusées réutilisables qui pourraient décoller et réattérir sur leur aire de lancement au sol. La société construit alors une barge pour permettre aux lanceurs de se poser en toute sécurité en mer. Après plusieurs échecs, SpaceX réalise l’exploit de faire atterrir sa fusée Falcon 9 d’abord par des amerrissages puis sur sa barge en pleine mer et en 2015 sur la terre et ferme, et en 2016 de réutiliser une partie de la fusée. Tesla Motors En parallèle, Elon qui a toujours été très intéressé par la production de véhicules totalement électriques, devient en 2004, l’un des principal actionnaire de Tesla Motors, la société de véhicules électriques fondée par Martin Eberhard et Marc Tarpenning. En 2006, Tesla dévoile son premier véhicule, le Roadster, capable de parcourir 394km en une simple charge. Il sera commercialisé de 2008 à 2012 au prix de 84.000€ pour le premier modèle. Le Roadster est déjà bien plus performant que tous ses concurrents électriques avec une accélération 0-100km/h en seulement 3,9 secondes et une vitesse de pointe à 212km/h. Tesla commercialise ensuite le modèle S une berline luxueuse en 2012, fin 2015 sort le modèle X le SUV 7 places et en 2017, la berline grand public de la marque, le modèle 3. Celle-ci dépasse vite tous les prognostics de vente et de commande au point où Tesla ne peut plus répondre à la demande. La production de la marque continue de s’accélérer pour répondre à la demande. Elle enregistre une évolution de ses ventes de 18% entre le deuxième et le troisième trimestre 2017. La marque a déjà annoncé la sortie du modèle Y, un SUV plus petit et plus abordable que le modèle X. Aujourd’hui, la marque doit faire face à l’accroissement de sa production pour honorer son carnet de commandes et éviter des annulations dues au rallongement des délais de livraison notamment pour le Modèle 3. Tesla Semi Après roadster, berline et SUV, Tesla s’attaque au marché des camions de marchandises. Lors d’un show dans un hangar de l’aéroport de Los Angeles en novembre 2017, Elon dévoile le Tesla Semi. Un semi-remorque 100% électrique et avec une autonomie de 800km avec un chargement maximal. En seulement 30 minutes de recharge, la batterie assurera plus de 640km d’autonomie au camion. Concernant la cabine, elle a été étudiée pour assurer confort, d’espace et sécurité pour le chauffeur. La production du semi devrait débuter décembre 2019. Gigafactory Pour répondre à la forte croissance de la demande de batteries au lithium, le groupe a entamé en juin 2014, la construction de la Gigafactory, une immense usine de fabrication de batteries à Fermont en Californie. Le bâtiment deviendrait le plus grand bâtiment au monde alimenté uniquement par énergies renouvelables.

Posté par Journaldujour15 à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2019

Aux soldats

SI, SOLDATS, vous allez bientôt, en jugeant de votre propre fortune, préserver le mêmes sentiments que vous avez connus un peu plus tôt dans l'exemple du destin de d'autres, nous avons déjà vaincu; car ce n'était pas non plus un spectacle, mais, comme c’était une certaine représentation de votre état. Et je ne sais pas si la fortune n'a pas encore jeté autour de vous des chaînes encore plus fortes et des nécessités plus urgentes que autour de vos captifs. À droite et à gauche, deux mers vous entourent, sans que vous puissiez sessing même un seul navire pour échapper. Le fleuve Po autour de vous, le Po plus grand et plus impétueux que le Rhône; les Alpes derrière, à peine passé par vous quand frais et vigoureux, vous en avez marre. Ici, soldats, où vous avez rencontré l’ennemi pour la première fois, vous devez vaincre ou mourir; et la même fortune qui a imposé la nécessité de se battre tient à vous, si victorieux, récompense que ce que les hommes ne veulent pas plus grand, même des dieux immortels. Si nous étions seulement sur le point de récupérer par notre valeur Sicile et La Sardaigne, arrachée à nos pères, la récompense serait assez ample; mais tout ce que les Romains ont acquis et amassé par tant de triomphes, tous, avec ses maîtres eux-mêmes, deviendront les vôtres. Pour gagner cette riche récompense, a- Dix, alors, et saisissez vos bras, avec la faveur des dieux. Assez longtemps, en poursuivant le bétail dans les montagnes du désert de Lusitania et Celtiberia, vous n'avez vu aucun émolument de tant de difficultés et de dangers; c'est l'heure faire des campagnes riches et rentables, et gagner la grande récompense de votre travail, après avoir accompli un si long parcours sur tant de montagnes et de rivières et tant de nations dans les bras. Ici la fortune vous a accordé la résiliation de vos travaux; ici, elle donnera une récompense digne du service que vous avez sous-estimé disparu. De plus, dans la mesure où la guerre a un nom remarquable, vous ne devriez pas considérer que la victoire sera difficile. Un ennemi méprisé a souvent maintenu une con- test, et les États et les rois de renom ont été conquis par un très léger effort. Car, ne laissant que la splendeur du nom romain, que reste-t-il dans ils peuvent être comparés à vous? Passer sous silence votre service pendant vingt ans, distingué par tant de courage et de succès, vous vous êtes rendu à cet endroit des piliers d'Hercule, de l'océan et des dernières limites du monde, avancer victorieux à travers tant des nations les plus féroces de la Gaule et de l’Espagne; vous allez vous battre avec une armée brute, qui cet été même a été battu, conquis, et entouré des Gaulois, encore inconnu de son général, et ignorant de lui. Doit Je me compare - presque né et certainement élevé, dans la tente de mon père, que illustre commandant, moi-même le subjugateur de l'Espagne et de la Gaule, le consul le chercheur aussi, non seulement des nations alpines, mais encore plus des Alpes eux-mêmes - avec ce général de six mois, le déserteur de son armée? - à qui, si quiconque, ayant ôté ses étendards, devrait montrer aujourd'hui aux Carthaginois et Romains, je suis sûr qu'il ne saurait pas de quelle armée il était consul. Encore plus d'information sur ce séminaire incentive à Londres en surfant sur le site internet de l'organisateur.

Posté par Journaldujour15 à 12:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2019

Les incorruptibles des temps modernes

Les premiers « incorruptibles » belges étaient nés ! Au fil des années, le CSC s'est ainsi profilé comme un service de police spécialisé en matière de corruption, de fraudes aux marchés publics et de fraudes aux subventions. En 1998, le service d'enquêtes du CSC fut intégré au sein de la Police judiciaire. Il fut par conséquent dépourvu de ses compétences administratives, ses membres ne pouvant dès lors plus effectuer que des enquêtes judiciaires. Ainsi est né l'Office Central pour la Répression de la Corruption, dit OCRC. Lors de la réforme des services de police, le 1er janvier 2001, l'OCRC a intégré la Direction générale de la Police judiciaire. L'OCRC constitue, au sein de la police fédérale, un service central avec une compétence opérationnelle. Plus précisément, « l'OCRC est compétent pour la recherche et l'appui à la recherche des infractions commises au préjudice des intérêts de l'Etat, ainsi que des infractions de corruption complexes et graves. Il m’a répondu “oui”. Alors je lui ai dit : “Je suis ton homme.”» Au printemps 2016, il juge encore la marche «trop haute». Lui-même se cherche. Depuis un voyage à Bali, il s’est mis à la méditation, a découvert le «sourire intérieur». Il se lance un défi : traverser sa circonscription à pied, soit 310 kilomètres entre Manosque et le col de Larche, à la frontière italienne. Il écrit à ses administrés pour leur proposer de partager l’aventure. Fin août, il se lance : 25 kilomètres par jour, plus de mille personnes rencontrées et des journées à parler… de 7 à 23 heures. «Ça, je ne l’avais pas anticipé.» En chemin, le député constate le «décrochage» de François Hollande. Un seul électeur songe encore à voter pour lui. De retour à Paris, il débriefe. ], ce n’était pas seulement l’immigration. L'avocat Robert Bourgi explique comment il a convaincu Nicolas Sarkozy de perpétuer, dans les rapports avec les chefs d'Etat africains, un "réalisme" à l'ancienne. Pourquoi Robert Bourgi, gardien de tous les secrets du village francoafricain, parle-t-il enfin ? D'abord parce que, à 63 ans, il en a envie, et parce qu'il en a besoin. Messi dominici du pré carré africain, il en a assez de cette réputation sulfureuse et de passer pour "un pourri". 16e arrondissement où s'alignent les photos de ses rencontres avec les grands de ce monde. Trop longtemps il a dû garder le silence, accepter d'être un incompris. Il en a assez, aussi, qu'on l'associe aux intermédiaires louches, à ces affairistes sans foi ni loi qui écument l'Afrique noire en quête de fortune et de gloire. Il travaille seul, mais pas en franc-tireur. Et l’Élysée a fait savoir qu’une mission de réorganisation des services était confiée à Alexis Kohler. En d’autres temps, M. Bayrou s’en serait réjoui. Une affaire d’État est le puissant révélateur d’une façon d’exercer le pouvoir. C’est certainement ce critère qui a fait basculer M. Bilger dans le camp de ceux qui y voient maintenant une affaire d’État. M. Bayrou, lui, avait visiblement besoin d’un petit cours d’été pour en prendre conscience. Enfin, une affaire d’État se clôt par une « parole politique forte » : « une clarification devant les Français par l’exécutif mis en cause ». Pour l’historien, il serait « plus stratégique pour le Président de se livrer à un mea culpa à l’américaine ». Ce n’est pas vraiment le chemin qu’a pris M. Macron, prenant le risque de laisser grossir encore l’affaire. Donc, l’affaire Benalla coche toutes les cases. Et il y en a certaines qu’elle coche même de plus en plus, vu sa gestion par le Président et sa majorité. Qu’aurait dit M. Bayrou si un Président précédent s’était rendu devant les seuls députés de son parti pour y tenir les propos qu’il y a tenus mardi soir ? Qu’aurait-il dit si la majorité, à la commission d’enquête de l’Assemblée, avait refusé les demandes émanant de tous les autres groupes ? En tout cas, M. Bayrou, lui, vient de cocher une nouvelle fois deux cases d’un coup : celle de la langue de bois. Et de la soumission. Dans une optique plus conjoncturelle, dès lors qu'un acteur peut prendre des décisions publiques qui ont des conséquences démesurées pour certains intérêts privés, la corruption s'insinue. ] évoque la mise en place d'un réseau ferroviaire sous la monarchie de Juillet et le second Empire, les constructions immobilières des années 1960 et 1970, la décentralisation. On peut mentionner encore les privatisations de la fin des années 1980. La loi Royer de 1973, qui mettait en place des commissions chargées d'autoriser l'installation de grandes surfaces dans les villes moyennes était donc particulièrement risquée. ] voit dans la concentration du pouvoir entre les mains des exécutifs et dans la faiblesse et le caractère formel des contrôles une caractéristique de la corruption « à la française ». Les cabinets des dirigeants politiques se substituent aux instances bureaucratiques. Or, « un collaborateur dévoué accepte ce qu'un fonctionnaire indépendant refuserait ». Mais on est à cette période-là ou pas ? François BAYROU. - Vous voyez, en tout cas, la tendance est significative. C’est un mouvement qui paraît irrésistible, soit pour des raisons d'intégrisme religieux, soit pour des raisons de prise en main de la société par des clans qui veulent le plus grand libéralisme économique, mais avec le contrôle total des citoyens. Toutes ces choses-là sont en marche devant nous. François BAYROU. - On voit bien la crise. Qu’est-ce que c’était cette ambiance des années 30 ? C’était cette affirmation scandaleuse selon laquelle je reprends les mots de qui vous savez : « charbonnier est maître chez soi. On a voté, donc on peut faire ce qu'on veut. Cette chrétienne au Pakistan. François BAYROU. - Condamnée à mort pour avoir partagé un verre d’eau. Et interdite de quitter le territoire alors qu’elle a été libérée par la justice. François BAYROU. - Elle a été libérée par la justice et on essaie aujourd’hui de l’assassiner elle et tous ceux qui en sont proches. Résultat puisque vous parliez d’un vote et que nous avons commencé l’émission avec cela, résultat du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie : 57 % c’est ce qu’indiquent les résultat toujours partiels. François BAYROU. - Je n'ai pas changé d'avis d'un millimètre sur ce sujet. C’est une ânerie pour vous ? Il faut que l’école puisse dire : « Tel élève s'est mal comporté. On aurait eu encore beaucoup de questions à vous poser. En même temps, c’est au Président de la République de la remettre en cause. François BAYROU. - C’est nul ! C’est la loi maintenant. François BAYROU. - Je le répète, c’est une loi nulle ! Cela n’a pas très bien marché ! François BAYROU. - Calculette à œillères, pour simplement favoriser le parti socialiste. Cela ne marche jamais, vous savez. François BAYROU. - Plus que cela, il faut voir du respect dans l’expression. Est-ce que vous considérez que la distinction populisme/progressisme n'est pas une façon de dire : « On a raison et ils ont tort ». Je crois que vous préférez la distinction démocratie/démagogie. Est-ce que c’est une bonne idée pour Emmanuel Macron d’avoir en gros, laissé entendre qu’il était dans le camp du bien et que les autres étaient dans l’erreur ? Piètre ministre aussi, alors que lui reste t'il pour qu'on ne l'oublie pas? Etre candidat à la récupération des gilets jaunes? Ah non Bayrou pas encore votre entourloupe une nième fois. Dégagez avec votre dernier complice. Même Bayrou le dit! Bayrou sent que le vent tourne! La nouvelle journée de mobilisation des «gilets jaunes» se déroule ce samedi dans la capitale française. La police promet cette fois que le rassemblement se tiendra sous haute surveillance pour éviter les débordements de la semaine dernière sur les Champs-Élysées. La ville avait alors constaté plus d'un million d'euros de dégâts, la journée s'étant soldée par 150 interpellations dont 62 à Paris. La mobilisation fléchit depuis le 17 novembre, date de la première journée de manifestations lors de laquelle près de 300.000 personnes ont bloqué les routes. Elles étaient un peu plus de 100.000 le 24 novembre dont 8.000 à Paris, selon les données officielles.

Posté par Journaldujour15 à 18:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2018

Comprendre les tanins du vin

Alors, qu'est-ce qui fait que le tanin est mûr ou non mûr? En un mot: soleil. Comme les raisins deviennent mûr, en général, le sucre en eux se construit, l'acidité baisse, et lentement le tanin mûrit. Imaginez la situation idéale: le sucre en construirait juste assez pour donner mûr (mais arômes de fruits dans le vin final; l'acidité baisserait mais ne disparaîtrait pas poire (rappelez-vous, une certaine acidité est essentielle); et le tanin évoluerait de Quelque chose de dur à assouplir. Hélas, il est difficile d’obtenir ce chronométrage correctement. Disons, par exemple, que le mauvais temps oblige un vigneron à cueillir ses raisins avant la le tanin a eu la chance de mûrir pleinement. Le vin qu'il fait dans ce cas sera certainement potable, voire agréable. Mais il va certainement avoir un rude grip à elle. L’équivalent vineux de Clint Eastwood avec une ombre à cinq heures. Pourquoi les tanins ont-ils parfois une telle adhérence? Pourquoi est-ce parfois séchage? À part un cours de chimie organique, voici ce qui se passe. Tanin les molécules du vin sont énormément attirées par les protéines de la salive (dont il existe une quantité abondante). En fait, ce n’est pas que le tanin soit en train de sécher. C’est cette salive, lié par des molécules de tanin, ne peut plus lubrifier le palais et, par conséquent, vos tissus de la bouche se frottent les uns contre les autres, provoquant une sensation de sécheresse du palais. À À ce stade, l’histoire devient complexe et les chimistes ne savent pas ce qu’il advient du tan. pour faire glisser certains d’entre eux sur le palais (ce qui peut vous amener à scribe le vin comme “soyeux”). Les molécules de tanin s'allongent-elles et glissent-elles plus facilement en bouche? Jusqu'à récemment, les scientifiques le pensaient. Mais de nouvelles recherches scribes tanin comme des structures complexes qui forment, re-forment et se combinent avec tous manière d'autres molécules, parfois avec des résultats tactiles doux. Au final, non on est sûr pourquoi certains vins apparaissent comme Clint Eastwood avec une heure cinq ombre. Les tanins mûrs sont critiques pour la texture finale du vin, on pourrait penser qu’il être un moyen de haute technologie pour tester les raisins pour voir si le tanin est mûr. Il n'y en a pas. Le seul Le vice qui existe est l’outil le plus ancien de tous: les sens. Regarder un vigneron à la récolte approche, et si ce vigneron fait du vin rouge, c’est un pari sûr, il marche le vignobles en permanence, goûter des centaines de baies de raisin et les serrer ouvert regarder les graines. Les graines prennent une couleur noisette à mesure que le tanin mûrit. Mais la plupart important, il goûte pour ce moment où la sensation de la peau de raisin change, quand le tanin passe de mûr à mûr. Pour tout bon dégustateur, il faut donc prendre en compte deux dimensions sur le tanin dans un vin. Tout d’abord, combien de tanin perçoit-on? Deuxièmement, quelle est la qualité ou la maturité de ce tanin? Retrouvez toutes les infos sur ce de cours d'oenologie à Tours en suivant le lien.

 

vin paris

Posté par Journaldujour15 à 10:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2018

Du pétrole et du pouvoir

Le 3 octobre, au lendemain de la disparition de Khashoggi, le prince âgé de 33 ans a déclaré dans une interview à Bloomberg News que «les questions de souveraineté» empêchaient la conclusion d'un accord. "Nous pensons qu'un problème vieux de 50 ans est presque impossible à résoudre en quelques semaines", a-t-il déclaré. «Nous essayons donc de passer un accord avec les Koweïtiens afin de continuer à produire pour les 5 à 10 prochaines années et, parallèlement, nous travaillons sur les questions de souveraineté.» Pour relancer les pompes, le Koweït veut toutefois un accord. premier. La zone neutre, qui s'étend sur 5 700 kilomètres carrés - un territoire un peu plus petit que le Delaware - a été créée par un traité de 1922 entre le Koweït et le nouveau royaume d'Arabie saoudite. Dans les années 1970, les deux pays ont convenu de diviser la région et d’en incorporer chaque moitié sur leur territoire, tout en partageant et en gérant en commun les richesses pétrolières. La région contient deux principaux champs pétroliers: Al-Wafra, au large des côtes, et Khafji, au large des côtes. Ce dernier est à présent exploité par une entreprise commune des sociétés pétrolières d’État des deux pays. C’est Al-Wafra où le désaccord a commencé. Chevron Corp., la deuxième plus grande société énergétique des États-Unis, y exploite les champs pour le compte de l’Arabie saoudite. C'est le cas depuis 2000, année de l'acquisition de Texaco Inc., qui a racheté l'empire Getty en 1984. En 2009, l'Arabie saoudite a prolongé la concession initiale de Getty, vieille de 60 ans, accordant à Chevron les droits sur Al-Wafra jusqu'en 2039. Le Koweït était furieux. sur l'annonce et prétend que Riyad n'a jamais consulté sur l'extension. L’émirat souhaite que la société américaine soit soumise à ses lois, d’après les habitués des pourparlers.

Posté par Journaldujour15 à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]